Onze 44

Joey Starr


Dém, Dém
HUN HUN HUN
Maintenant c'est le temps de la nation
Celui de la génération
Ecoute

J'ecris des rimes pour avoir la gloire
Un boss de mon style car j'ai vraiment trop de savoir
(?) se place sur le thème, c'est Dém
Je vais te faire bouger sur le beat quand même
J'ai fais du chemin pour arriver sur le disque
C'est bien ma voix que tu entends sur la première piste
Les Movez'Lang est dans la place
Je prends mes tubes, de l'avance puis me casse
Personne ne me chasse

Non mon Dieu je n'en croyais pas mes yeux
Au milieu des ténèbres cette nuit impuissant j'observe
L'ouragan qui s'élève
Yeah yeah
Ils ne respectent aucune grève
Ils ne respectent aucune règle
Il n'a de respect d'autre que pour son glaive
Alors, règle bien ton regard, regarde car
Il n'y a pas de parade à sa ballade et
Sa danse est macabre
Sur son passage les arbres s'arrachent
Mais saches, que pour ce désastre
Tout était déjà prévu dans les astres
Ainsi l'Homme est comme l'ouragan
Tant dans sa vie le seul sens qu'il suit
C'est celui de l'argent

Motivé non à moitié mais à une bonne partie de mon temps
Je me consacre non à contre temps ni contre le temps
Mais de temps en temps je me détends sur le riddim
Pour vous parler du billet jusqu'au moindre centime
Le pèze ça pèse sur la conscience de C Say
Comme le complexe, il influt sur le moral
Avoir l'audace de donner des donnés sur le dos des gens
Tout ça malheureusement sous l'influence de l'argent
Conclu qu'on accumule bêtises sur bêtises
Maintenant pour l'oseille ton propre frère baise ton biz
L'XXL encore une fois excelle dans le domaine, dans le domaine du ouizaga
Je prends le Tac du Au Tac et le to du Lo
Le go du Bin et bingo mon gen-ar coule à flot
Vous n'aurez pas la peau (?)
Si vous voulez en tirer de la né-mo, de la né-mo dan, da da
Je suis et resterais down
Avec la complicité de mes purs potes qui sont à mes côtés
Yeah
Ma conclusion sur l'oseille et ben je n'la trouve pas
D'ailleurs c'est pas demain la veille qu'on règlera tous ça

Je ne cache pas, que je touche mon cash
Mais ne dis pas que c'est pour ça que je rap ou je me fâche
L'argent me nourrit, ne sois pas ahurie
Mon compte mûri sans deals ni trafics pourris
Je déteste l'argent lorsqu'il pousse
De pauvres gens à prendre une arme entre l'index et le pouce
Je suis un débrouillard et quand j'étais plus jeune
Je magouillais pour pouvoir voir la mer et m'allonger sous le sun
Aujourd'hui il me reste encore de mauvais restes
Mais je fuis l'argent facile comme la peste
C'est ma vision des choses
On me nomme Bambi
Et je shoot ceux qui vivent des faiblesses d'autrui

Selon la voix, la nuts
Hugo c'est clair t'envoie en l'air
Toi, l'espèce de pute, la pute qui m'éxaspère
Me stress sans cesse, entraîne ma haine, m'appelle
Aux abords du niveau criminel
Saches que je suis embauché par douzmi production
Au sein de ma nation pour te faire du mal
Vénèr', j't'envoie en l'air pépère dans un coin du père
Ton Paradis c'est un Enfer
Retient mon nom j'fais pas d'mystère
A sujet qu'on se fâche, sans tâche
J'aiguise mes vers, ne vois-tu pas qu'je suis vénèr'
Pour voir ta mère
Si tu poursuis je suis l'expert du M-I-C
Sans souci, ton sursis
Des barres d'Enfer, tranfert
De cette putain de planète terre

Yo

Eh toi je t'interpelle
C'est pour que tu t'rappelle
Que depuis le point de départ j'ai été mis à l'écart
Pourquoi?
Parce que j'étais basané, fils de parents dit immigrés
Je n'ai pas eu le choix
Sinon grandir dans un quartier froid
Personne ne sait
Ou plutôt si maintenant tout le monde sait
Qu'on nous a parqués pour faire travailler le gen-ar des gens
Qui nous montrent du doigt (doigt)
Qui se définissent droits (droits)
Mais ils profitent (fitent)
Les hypocrites militent (militent)
Ce n'est sûrement pas demain que je vais chercher
A rentrer dans le système
Même si là je fais de l'argent facile
Tu m'accuse de dimer
Dans ta conscience je sais ce que tu penses
Je n'fais pas pire que les magouilles de politicos
Sauf qu'à la fin tu retrouves Sly D.O sur le tempo

Sur le boulevard de Montécaillerot mes potes sont fonc-dés
Mes pain-c sont tous disjonctés et tirent pour de la money
Pire, ont tisés brisés usés leur esprit tourmenté
C'est (?) quand on vient de la tè-c et du ghetto
C'est laisser des plumes et fatalement se blesser le cerveau
Un jour ou l'autre on fait du biz illégal dans sa rue
Mais qu'est c'qui est légal quand tout est illégal?
Depuis tout petit je prends le vice du système
Evitant les prises de sirène sinon tu es dead
Le posse comme la mafia contrôle le gen-ar
Si gen-ar il y a ta personne se fait vat-sa
PAN PAN le barillet de son arme c'est vidé
Il a kiffé en butant cet enculé
UHH
Salit son costard pour une poignée de dollars
Bye bye pas de quoi se la péter lascard
J'suis comme lui, pas dans la même espèce
Prédateur je préfère l'espèce
Donc le flick flow du Jazzyko est funky
Les slows basent les nigots
Et lance les dés sur le mix

huuh
J'ai besoin de tune
Il me faut de la money
Un slogan que tout le monde connait
Pauvre vieux déjà tout jeune l'argent l'a mit en cage
Pour mieux t'expliquer je prends la place du personnage
Je deal, je vole, je rends ma mère folle
Je même dévergonde de mes copains d'école
J'arnaque tout, que ce soit indous re-beus ou re-nois
L'argent dorénavant est devenue une famille pour moi
Les amis j'oublie, je m'axe sur le profit
A tel point que de moi comme d'une pute on se méfit
Décompresse mec tu n'vois pas que l'argent te nique
Reste cool c'est un conseil de Ménélik

Sur le beat yo bouh et je saute sur la verse
Mes rimes sont comme de l'eau, mon rap est une averse
J'traine cet aprèm' à la recherche de billets
L'herbe dans mes poches et le verbe dans mon cahier
Je connaissais Johnny un mec de mon clan
Il aimait la tune tant
Qu'il c'est mit dans des faux plans
Maintenant je touche des cachets, claque plein de chèques
Gars je peux me fâcher tout en restant très correct
Les coins de rue sont chauds
Les places sont un danger
Les frères s'en foutent tant qu'ils boivent et peuvent manger
Yo, la vie se dégrade
Les gens se regardent le nombril
Je frappe l'âme qui mate ou craque ma combine
Et c'est ici les Sages, toujours à la page
Mon âge est l'âge du paysage

Yo
Un stylo, un micro
J'agis en solo
Personne ne pourra donc chasser Meelophilo
Je place mon style pour le rendre bien plus lime
Pousse ma voix pour qu'elle soit plus fiiine-ancièrement parlant
J'ai du cash dans les poches et Zox' en a sur les dents
Mais crois-tu que ça l'embelli? (embelli?)
Ce vilain nègre n'a vraiment rien comprit

Boulogne est une nympho-ne et je contrôle la zone
Je reste digne même si je vends Indiana Jones
Oui je rôde et vis à vis de l'Etat je suis en fraude
Sans visa, je vis avec Aude l'emeraude du tier-quar
Qui aime faire le grand écart
La pute en rute qu'on bute à partir de 6 heures et quart
J'exulte dans le biz, accepte de (?) à l'église
Me confesse pour ce troc et vise un autre bizness
Please laisse moi vivre en autarcie
J'veux pas finir à Bois D'Arcy
C'est vrai j'aime les femmes mais ça c'est comme la came
Si tu t'accroches à la blanche tu deviens PAL SECAM
Reste là mais là m'lâche
Alors je m'attache à la tchap
Dans le rap je me fâche
Et maintenant on me paye cash
Tâche d'être digne pas lâche pas louche
Ou dans les Appalaches
Je te lâche, te signe, te touche
Avec mon splash
Car je n'joue pas avec les tunes
Sauf que j'ai loupé trop de bizness hors lune
Oui je suis un ancien macro
J'ai même été un accro du micro
Jamais raccorché même si de fâchés y'a trop
Lâché
Le rap serait pour moi synonyme de fin
Et comme j'ai faim, je ne jouerais pas les biffins
Enfin, y'aura toujours la rue
Source de revenus
Auprès des dealers et prostitus je serais toujours bienvenue
Et la nuit aura du charme
Avec mes lascards et tass-pés je sabrerais le champagne

Je me lasse hélas des faces qui passent et délaissent
Classent, entassent, se dépassent, compressent le stress
Vivent à mille à l'heure sans que jamais rien ne défile
Des erreurs il n'en faut pas mille pour perdre le fil
Le feeling, l'éveil des sens
En évoluant dans ce sens on met tout l'temps dans le bon sens
Fini la liberté pour ceux qui d'habitude sont incarcérés
Prisonniers en France
Intense, ne pensant pas un instant à s'en évader
Il faut, briser les murs, scier les barreaux
Ressentir la brise pure sillonner à travers les eaux
Et faire attention aux dangers
Il y a des crocos dans la jungle urbaine
Certains qui s'prennent pour Ben Hur
Une pensée surhumaine
Etre en un mot le maître de soi-même
Indépendant à des kilomètres de toute forme de système
Ne pas être victime, cobaye ou specimen

OUII
Cherche la faille
Une tâche, une place gagnée sans perdre le slogan
Protège gants absolu, invisible
Un revenant du temps, du moment des temples
Des idées, des dès des pièces des cartes
Le tour est joué
Finie, finie la guerre, le bras de fer
Une tête
OUIII!!!
Mais quelle tête?
Une tête de nègre, célèbre (hun hun hun)
DEMOCRATES

Dém
Maintenant je remercie mon sponsor
Respect pour Houcene des Movez'Lang
Mista Chik Clan
Fat hardcore Say C
Helena poinco (?)
bi-Bam, Hugo
Dina Posse
JL des Bosquets
LCP
Sléo, Sly, Jazzyko
Ménélik, SBR
Dany Dan, Meelophilo, Zoxea
501 posse, Striker
Démocrates D de la cité des Bosquets
Yeah
Le Bourreau Madison, Doctor Jones
Artikal JR
La Funk Mob, Boom Bass
Franchesco, Gill, Deuf, Okital
Louis-Jean, Victor, Manu, qe-Se
Willie Roots
Paix, au Ministère A.M.E.R.
Timides Sans Complexe
Sens Unik
Yeah
Ce freestyle est dédicacé à l'homme fort
Solaar
Yeah

Encontrou algum erro na letra? Por favor, envie uma correção >

Compartilhe
esta música

Ouça estações relacionadas a Joey Starr no Vagalume.FM

MIX DE MÚSICAS

ARTISTAS RELACIONADOS